Menu Menu Naviguez

naviguez

Exposition

8 avril > 13 novembre 2016

Un âge du fer africain

Scrollez vers le bas

Exposition du 8 avril au 13 novembre 2016

Sous la figure bien connue du forgeron africain, se cache celle du métallurgiste qui extrait le métal du sein de la terre.

En Afrique de l’Ouest, dans les paysages de brousse au sud du Sahel, des fourneaux anciens s’élèvent encore au milieu d’amoncellements de scories, qui forment parfois de véritables petites collines artificielles. Certains de ces fourneaux, parmi les plus anciens, sont réduits à l’état de cercles de terre cuite préservés sur quelques centimètres de haut seulement. Antérieurs de plusieurs siècles à toute colonisation européenne, ils témoignent de la maîtrise précoce par les artisans du feu africains des techniques d’extraction du fer et de leur connaissance intime des richesses minérales des terres au sud du Sahel.

Depuis 30 ans, les travaux des archéologues mettent en évidence l’ancienneté mais aussi l’ampleur de cette production du fer, à l’époque où se structurent les premiers grands empires du Ghana, du Mali, des Mossi (actuel Burkina Faso)… Au Burkina Faso, toute une génération de scientifiques se consacre à l’étude et à la préservation de ces sites. L’un d’eux, le site de Korsimoro s’étend sur plusieurs kilomètres de long et compte à lui seul des centaines de bases de fourneaux et des milliers de m3 de scories attribués à pas moins de quatre technologies différentes, qui se succédèrent entre le VIIe et le XVIIe siècle. Au travers de vestiges archéologiques, de pièces ethnographiques, de reconstitutions, de maquettes et d’images anciennes ou actuelles des métallurgistes et de leurs fourneaux, le musée de Bibracte vous invite à une plongée inédite au cœur de « l’âge du fer africain ».

 

En collaboration avec le ministère de la Culture du Burkina Faso, l’Université de Ouagadougou (Burkina Faso), le département de Géosciences de l’Université de Fribourg (Suisse) et l’Université de Toulouse (France).