Menu Menu Naviguez

browse

Les gens

Mardi 13 juin 2017

Bibracte salue son ancien président

Scrollez vers le bas

Publié le 13 juin 2017

(photo : M. Jacques Fournet, lors de la passation de la présidence de Bibracte EPCC à Mme Wanda Diebolt, fin 2012)

En ce lundi 12 juin un dernier hommage a été rendu à Jaques Fournet, disparu le 4 juin, au funérarium du cimetière parisien du Père-Lachaise. Préfet du département de la Nièvre de 1985 à 1988, position dans laquelle il avait activement participé au démarrage du projet de mise en valeur du Mont-Beuvray, Jacques Fournet avait accepté d’« assurer le service après-vente », pour reprendre ses propres mots, en devenant le président du conseil d’administration de l’établissement gestionnaire du site, responsabilité  qu’il a occupée de 2001 à 2012. Durant cette longue période, il avait notamment accompagné le changement de statut de Bibracte et sa labellisation au titre des Grands Sites de France. Son mandat a donc constitué un chapitre important de la deuxième histoire de Bibracte, celle qui a été ouverte par les archéologues voici un siècle et demi.

Jacques Fournet était un grand serviteur de l’Etat. Né en 1946 à Chamalières, sa longue carrière dans la fonction publique lui avait permis d’assumer de nombreuses responsabilités, par exemple comme Secrétaire général de Polynésie française (1979-1982), comme directeur du cabinet du Secrétaire d’Etat aux DOM-TOM (1983-1985), comme préfet – d’abord de la Nièvre, puisde la région Champagne-Ardenne (1993-1996) –, et surtout comme directeur central des Renseignements généraux (1988-1990) et directeur de la Surveillance du Territoire (1990-1993), deux postes qui le passionnèrent. A partir de 1996, il s’engagea dans une nouvelle carrière en assurant plusieurs responsabilités successives dans l’industrie pharmaceutique.

Jacques Fournet était un homme qui vivait passionnément dans l’action et qui projetait en permanence sa réflexion vers l’avenir. Ce n’est donc pas à cause de sa curiosité pour l’archéologie et l’histoire ancienne qu’il s’est intéressé à Bibracte. Néanmoins, son intérêt pour notre établissement et ses activités était bien réel. Il découlait tout d’abord de sa fidélité à la mémoire de François Mitterrand, qui avait voulu cet équipement installé au cœur du Morvan qui lui était si cher. Il résultait aussi de son attachement au projet singulier développé à Bibracte, qui consiste à faire travailler ensemble des chercheurs et des étudiants venus de toute l’Europe sous les yeux du public, dans le cadre insolite d’un territoire de ruralité profonde. 

Sa vivacité d’esprit se doublait d’un esprit pratique hors du commun, qui n’était sans doute pas étranger à une origine paysanne à laquelle il se référait volontiers. C’est tout autant à son sens aigu des rapports humains, à sa générosité et à sa simplicité qu’il faut rendre hommage. Il faut enfin considérer comme un grand honneur l’attention qu’il a accordée à notre établissement.

Le Conseil d’administration de Bibracte, ses collaborateurs et l’ensemble des membres de la communauté scientifique qui ont eu la chance de le côtoyer s’associent pour la présenter ses sincères condoléances à sa famille.