Menu Menu Naviguez

naviguez

Mardi 24 septembre 2019

Faire monde commun

Scrollez vers le bas

Premier bilan des 14e Entretiens de Bibracte

Vous avez participé à l'atelier ? Vous auriez souhaité y participer mais n'avez pas pu être présent ?
Votre contribution en tant qu'habitant du territoire nous est extrêmement utile.

En remplissant le formulaire contenu dans ce document et en nous indiquant de quoi est fait votre quotidien, quels trajets vous effectuez sur le territoire, quel lien vous entretenez avec lieu de vie, etc., vous contribuerez à établir les sources du Manifeste pour la politique de la montagne en Bourgogne-Franche-Comté.
Vous pouvez également répondre sur papier libre ou envoyer directement un message à contact@mpo-bourgogne.org .

 

Faire monde commun – vaste sujet, sur lequel ont planché du 11 au 13 septembre, entre Glux-en-Glenne et Saint-Léger-sous-Beuvray, près de deux cents personnes : chercheurs, habitants, élus locaux et régionaux, agriculteurs et autres professionnels agissant sur les lieux.

Cet « atelier international », qui a tenu compte d'édition 2019 des Entretiens de Bibracte, fut organisé sous l'égide du Labex ITEM (laboratoire d'excellence Innover en territoire de montagne), de la MPOB (Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne) et de Bibracte EPCC, en partenariat avec le parc naturel régional du Morvan (PNRM), la région Bourgogne-Franche-Comté et le ministère de la Transition écologique et solidaire.

Comme chaque édition des Entretiens, Faire monde commun visait à éviter le classique format des colloques scientifiques où les chercheurs parlent aux chercheurs, en faisant participer autant que faire se peut les acteurs de la société civile du Morvan. Plus, même : cet atelier venait conclure le projet de recherche « Singulariser les territoires de montagne » (2015-19) qui visa entre autres à accompagner, avec la participation active de celles et ceux qui y vivent et qui en vivent, le Grand site de France du mont Beuvray dans le renouvellement de sa politique territoriale et, en particulier, de son action paysagère.

Le pari a été brillamment tenu. Forts des contacts noués au long d'un travail de terrain de longue haleine, Karine Basset (historienne, université de Grenoble-Alpes), Caroline Darroux (ethnologue, MPOB) et Vincent Guichard (archéologue, Bibracte EPCC) ont réussi à associer un travail de réflexion scientifique de haut niveau, en présence de chercheurs venus de France, d'Italie, d'Espagne et du Québec, à une forte participation locale et à un enjeu politique réel : fournir à la région Bourgogne-Franche-Comté des éléments pouvant contribuer à l'élaboration d'une politique de la montagne.

Point fort de ce programme, l'atelier de prospective agricole qui s'est tenu jeudi soir au musée de Bibracte – et le repas qui l'a précédé – a ainsi permis à des élus locaux et régionaux (dont la présidente de région et le président du PNRM) de dialoguer plusieurs heures durant avec des agriculteurs durement touchés par deux années de sécheresse, et à esquisser avec eux et avec d'autres acteurs (chargés de mission du PNRM, agronomes...) des pistes de réflexion à co-explorer pour s'assurer que, dans trente ans, une agriculture vive encore aux abords du mont Beuvray et y maintienne des paysages ouverts et habitables.

Les enjeux ne sont en effet pas minces : alors que le Morvan (et les zones de moyenne montagne en général, du Massif central dont le Morvan fait partie au Jura et aux Vosges qui partagent un même ancrage régional) peine à sortir d'un modèle agricole productiviste après avoir peiné à y entrer, la conjoncture économique et météorologique de ces dernières années rend urgent un renouvellement du modèle économique de la filière. Les difficultés vécues par ceux qui jardinent nos paysages et sont à l'origine de ce qui nous nourrit s'inscrivent en effet dans la perspective plus globale du changement climatique et de la crise de civilisation que nous subissons actuellement et dont le sociologue et philosophe Bruno Latour (invité phare de l'Atelier) estime qu'ils remettent en cause toutes les manières de faire de la politique. Prendre conscience de nos attachements au territoire (objet du premier jour) pour repenser nos pratiques et les re-lier aux défis de l'époque (deuxième jour) et, ainsi, proposer des pistes de solutions à co-construire (troisième jour) : voilà donc qui mobilisa amplement les forces présentes.

L'ampleur du travail fourni justifie la convivialité qui en fut l'indispensable carburant : faire monde commun, ce fut aussi banqueter autour d'un méchoui dans une stabulation et autour des cervoises de Bibracte... Ceci peut être un argument de plus pour lancer un appel à toutes les bonnes volontés – car, enfin, il va de soi que cet atelier, s'il vient conclure un  projet de recherche, ne clôt en rien le travail à effectuer sur place : il se veut au contraire une étape d'un processus que Bibracte EPCC, le PNRM et la MPOB vont s'efforcer de poursuivre en lui donnant plus d’ampleur. ODIL TV, qui a soutenu, suivi et témoignera de ces journées, est déjà de la partie. Qui d'autre veut s'y joindre ?

Jean-Baptiste Bing
Directeur MPOB

 

Contacts presse :

Labex ITEM : manuel.jasse@univ-grenoble-alpes.fr

Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA) : Claire.VEYRUNES@msh-lse.fr

MPOB : Morgane Bouchard, chargée de projets liés à l'oralité : morgane.bouchard@mpo-bo

Bibracte : Patricia Lepaul, responsable de la communication : p.lepaul@bibracte.fr