Retour
A chaque bois son usage
Photographie
Lien vers votre sélection
Copiez-collez ce lien et envoyez-le par mail
Date de création
2022
Auteurs
Bibracte Antoine Maillier
Licence
CC-BY-NC-ND-4.0
Domaines d'activité
Histoire et méthodes de l'archéologie,Musée et expositions
Thèmes
Paysage et environnement,Architecture et édifices,Artisanat et industrie

Pommier sauvage (Malus sylvestris)

Petit arbre fréquent à l’état spontané dans les lisières et situations ensoleillées. Ses fruits, à la saveur âpre, sont comestibles. Les pommiers cultivés, issus d’une espèce originaire d’Asie centrale, ne sont apparus qu’à l’époque romaine dans le paysage européen.

 

Châtaignier européen (Castanea sativa)

Espèce spontanée autour de la Méditerranée, le châtaignier a été introduit dans les régions tempérées à partir de l’époque romaine. Il était donc absent du paysage du Morvan à l’époque de Bibracte. Son bois dur, fibreux et peu putrescible, a de multiples usages.  Son écorce riche en tanin était récoltée pour l’industrie du cuir. Ses fruits sont une importante ressource alimentaire.

 

Bouleau (Betula sp.), (Betula pendula / bouleau verruqueux), Betula pubescens (bouleau pubescent)

Espèce s’accomodant de sols pauvres, pionnière sur les terrains en cours de recolonisation par la forêt. Son bois tendre est de faible valeur, mais son écorce souple se prête à la fabrication de nombreux objets : récipients, chapeaux, chaussures…

 

If commun (Taxus baccata)

Petit arbre à croissance lente, qui possède une grande longévité et que l’on retrouve souvent dans le sous-bois des forêts de hêtres. Ses feuilles et graines sont très toxiques. Son bois rouge foncé et très dur était à l’âge du Fer le matériau des petits seaux qui servaient à mélanger le vin.

 

Frêne (Fraxinius excelsior)

Essence de lumière, qui est fréquente dans les haies. Son bois dur et souple à grain fin est apprécié pour la fabrication d’outils et l’ébénisterie.

 

Erable sycomore (Acer pseudoplatanus)

Essence de lumière, abondante mais toujours disséminée, souvent associée au hêtre et au sapin (comme c’est le cas sur les flancs du Mont Beuvray). Son bois blanc, très homogène et assez dur, est facile à travailler et utilisé en menuiserie et en tournage.

 

Sapin pectiné (Abies alba

Espèce de montagne, appréciant l’humidité et l’exposition au nord. Fréquente en Haut Morvan, elle y est spontanée, au contraire des autres conifères (épicéa, pin de Douglas…). Bien que très putrescible, son bois léger et facile à travailler est apprécié en menuiserie.

 

Charme commun (Carpinus betulus)

Petit arbre caractéristique des forêts continentales, il est fréquent dans le Morvan. Son principal usage est le chauffage. Ses jeunes tiges forment facilement des haies vives.

 

Noisetier / coudrier (Corylus avellana

Petit arbre abondant dans les haies et les lisières des régions tempérées. Son bois est de qualité médiocre, mais la souplesse des jeunes tiges permet leur utilisation en haies vives et dans la construction (clayonnage armant les murs de terre). Ses fruits participent à l’alimentation.

 

Merisier (Prunus avium

Espèce spontanée dans les forêts des régions tempérées de l’Europe. Ses fruits sont comestibles mais de peu d’intérêt en raison de leur petite taille. Son bois rose à grain fin est un matériau très prisé en ébénisterie.

 

Hêtre commun (Fagus sylvatica

Une des principales espèces forestières des régions tempérées et humides de l’Europe. Son bois à grain fin est facile à travailler et utilisé en menuiserie, mais dédaigné pour la charpenterie parce qu’il pourrit facilement. C’est aussi un très bon combustible.

 

Chêne (Quercus sp.) (Quercus robur, chêne pédonculé ; Quercus petraea, chêne sessile ou rouvre)

Espèces forestières très répandues en plaine (au-dessous de 600 m dans le Morvan), qui acceptent aussi les situations en pleine lumière. Le bois de chêne, dur, fibreux et peu putrescible, est le matériau d’excellence de la charpenterie et de la tonnellerie. Son écorce riche en tanin était utilisée par l’industrie du cuir. Ses fruits sont comestibles.