Retour
Clous de murus gallicus
Photographie
Lien vers votre sélection
Copiez-collez ce lien et envoyez-le par mail
Date de création
2021
Auteurs
Bibracte Antoine Maillier
Licence
CC-BY-NC-ND-4.0
Domaines d'activité
Chantiers de fouille,Objets archéologiques
Thèmes
Architecture et édifices,Artisanat et industrie,Domaine militaire

L’ossature de bois du rempart joue le même rôle que le ferraillage dans le béton armé. Les poutres, d’une section de 0,2 à 0,3 m, étaient parfois liées par de grands clous en fer caractéristiques. L’usage de ces clous apparait brutalement à la fin du 2e siècle avant notre ère, au même moment que se diffuse la technique du murus gallicus. Leur longueur s’allonge avec le temps et leur fréquence à tendance à être plus élevée dans les remparts plus récents (jusqu’à quinze clous par mètre linéaire de parement).

Oppidum de Bibracte, La Porte du Rebout, rempart

Fouille de Christian Peyre, 1984-1988, Olivier Buschenchutz et Ian Ralson 1991, Otto Urban, 1997

Musée de Bibracte

Fiche d'identité de la ressource
Datation
1er siècle avant notre ère
Lieu de découverte
Bibracte, La Porte du Rebout, rempart
Matériaux
Fer
Catégorie
Quicaillerie
A retenir

L’ossature de bois du rempart joue le même rôle que le ferraillage dans le béton armé. Les poutres, d’une section de 0,2 à 0,3 m, étaient parfois liées par de grands clous en fer caractéristiques. L’usage de ces clous apparait brutalement à la fin du 2e siècle avant notre ère, au même moment que se diffuse la technique du murus gallicus. Leur longueur s’allonge avec le temps et leur fréquence à tendance à être plus élevée dans les remparts plus récents (jusqu’à quinze clous par mètre linéaire de parement).

1er siècle avant notre ère.