Retour
Fragment de broche à rotir
Photographie
Lien vers votre sélection
Copiez-collez ce lien et envoyez-le par mail
Date de création
2011
Auteurs
Bibracte Antoine Maillier
Licence
CC-BY-NC-ND-4.0
Domaines d'activité
Chantiers de fouille,Objets archéologiques
Thèmes
Vie quotidienne et usages

Cette extrémité de broche à rôtir est couronnée d’une longue et fine tête de bovin stylisée. Le front, fortement bombé comme si l’animal était coiffé, est surmonté de cornes arrondies. Le museau, long et plat, présente un creux naso-frontal bien marqué, tandis que l’extrémité, pointue comme un bec d'oiseau, est soulignée d’une ligne transversale qui figure la bouche. Les Gaulois ne connaissant pas la poêle, la viande est soit rôtie ou grillée directement sur la flamme soit, plus fréquemment, cuite au chaudron. (L. 8,4 cm ; larg. 1,5 cm).

Oppidum de Bibracte, La Porte du Rebout, rempart

Fouille d’Olivier Buchsenchutz et Jean-Paul Guillaumet, 1985

n° inv. 985.5.5.95 

Musée de Bibracte


 

Fiche d'identité de la ressource
Datation
Fin du 1er siècle avant notre ère
Lieu de découverte
Bibracte, La Porte du Rebout, rempart
Matériaux
Fer
Catégorie
Ustensile
A retenir

Cette extrémité de broche à rôtir est couronnée d’une longue et fine tête de bovin stylisée. Le front, fortement bombé comme si l’animal était coiffé, est surmonté de cornes arrondies. Le museau, long et plat, présente un creux naso-frontal bien marqué, tandis que l’extrémité, pointue comme un bec d'oiseau, est soulignée d’une ligne transversale qui figure la bouche. Les Gaulois ne connaissant pas la poêle, la viande est soit rôtie ou grillée directement sur la flamme soit, plus fréquemment, cuite au chaudron. (L. 8,4 cm ; larg. 1,5 cm).

Fin du 1er siècle avant notre ère.