Retour
Évocation d'un amas d'amphores
Photographie
Lien vers votre sélection
Copiez-collez ce lien et envoyez-le par mail
Date de création
2013
Auteurs
Bibracte Antoine Maillier
Licence
CC-BY-NC-ND-4.0
Domaines d'activité
Chantiers de fouille,Musée et expositions
Thèmes
Transport et échanges,Vie quotidienne et usages

Chaque campagne de fouille à Bibracte livre quelques centaines de kg de fragments d’amphores, qui sont en majorité des amphores à vin d’origine italique. Ces récipients encombrants et imputrescibles étaient le plus souvent brisés en tessons qui servaient à paver les sols des rues et des maisons. D’autres fois, on se contentait de les enfouir pour s’en débarrasser, comme dans cette fosse-dépotoir. Ces tessons si nombreux laissent penser que la consommation de vin s’était infiltrée dans toutes les couches de la population.

Oppidum de Bibracte, Le Parc aux Chevaux, domus PC1

Fouille de Daniel Vitali et Laurent Bavay, 2009

Reconstitution : Musée de Bibracte

Fiche d'identité de la ressource
Datation
1er siècle avant notre ère
Lieu de découverte
Bibracte, Le Parc aux Chevaux PC1
Lieu de production
Italie romaine
Matériaux
Terre cuite tournée
Catégorie
Vaisselle
A retenir

Chaque campagne de fouille à Bibracte livre quelques centaines de kg de fragments d’amphores, qui sont en majorité des amphores à vin d’origine italique. Ces récipients encombrants et imputrescibles étaient le plus souvent brisés en tessons qui servaient à paver les sols des rues et des maisons. D’autres fois, on se contentait de les enfouir pour s’en débarrasser, comme dans cette fosse-dépotoir. Ces tessons si nombreux laissent penser que la consommation de vin s’était infiltrée dans toutes les couches de la population.

1er siècle avant notre ère.