Retour
Détail d'un poteau sculpté
Photographie
Lien vers votre sélection
Copiez-collez ce lien et envoyez-le par mail
Date de création
1991
Auteurs
Bibracte Antoine Maillier
Licence
CC-BY-NC-ND-4.0
Domaines d'activité
Chantiers de fouille,Objets archéologiques
Thèmes
Architecture et édifices,Arts et décors

Ce poteau sculpté en chêne a été exhumé au cours des fouilles de la fontaine Saint-Pierre. Le dernier cerne de croissance du tronc, qui ne correspond pas à l’année où l’arbre a été abattu, car il a été équarri, a pu être daté par dendrochronologie de 98 avant notre ère. Son bon état de conservation s’explique par son réemploi comme renfort d’un conduit de captage d’eau qui a assuré son ensevelissement dans les sédiments gorgés d’eau de la fontaine. Selon toute vraisemblance, il agrémentait à l’origine la façade d’une maison à ossature de bois et constitue de ce fait un témoignage exceptionnel du soin apporté à l’ornementation de l’architecture de tradition gauloise. (L. 5,14 m.).

 

Oppidum de Bibracte, La Fontaine Saint-Pierre

Fouille d’Hervé Richard et Philippe Barral, 1991

n° inv. 991.8.181.1

Musée de Bibracte (copie)

L'original, très fragile, est conservé au centre archéologique européen

Fiche d'identité de la ressource
Datation
Début du 1er siècle avant notre ère
Lieu de découverte
Bibracte, La Fontaine Saint-Pierre
Matériaux
Bois tourné ou sculpté
Catégorie
Edifice
A retenir

Ce poteau en chêne est une rare preuve de l’existence d’une décoration sophistiquée dans le domaine de l’architecture gauloise en bois. Il montre qu’il faut bien se garder d’imaginer des bâtiments frustes, malgré la modestie des témoignages dont on dispose habituellement. Il doit sa conservation à sa réutilisation comme renfort d’un conduit de captage d’eau de la fontaine Saint-Pierre. On pense qu’il appartenait initialement à l’ossature d’une galerie ajourée en façade d’une maison. (L. 5,14 m.). 

Début du 1er siècle avant notre ère.